Le 28 janvier a eu lieu la 14ème édition de la Journée de la Protection des Données. Une célébration lancée par le Conseil de l'Europe en 2007, désormais mondiale et connue également sous le nom de « Data Privacy Day ». Cet événement est l'occasion de sensibiliser le public aux bonnes pratiques en matière de protection des données, de les informer de leurs droits et de la manière de les mettre en œuvre.

Cette date ne doit rien au hasard, car c'est également un 28 janvier, mais en 1981 cette fois, que le traité européen n°108 a été signé à Strasbourg. Il a pour titre « convention pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel » et il est « depuis plus de 30 ans la pierre angulaire de la protection des données en Europe et au-delà » explique le Conseil de l'Europe.

Cette journée est surtout symbolique et a pour but d'encourager les États et les entreprises à communiquer sur le sujet, afin de sensibiliser le grand public.

L'union Européenne, s'est dotée en 2018 d'un cadre juridique unique encadrant et harmonisant le traitement des données personnelles avec l'entrée en application du « Règlement Général sur la Protection des Données » (RGPD).

Le RGPD tente donc de responsabiliser les organismes privés et publics qui traitent des données en ligne. Il convient tout de même pour les particuliers d'être vigilants et d'apprendre à protéger leurs données.

Après une première approche pédagogique le temps est maintenant aux sanctions. Et comme en témoigne l'enquête publiée par le cabinet d'avocats DLA Piper, les amendes pleuvent. En effet, entre 2018 et 2020, ce sont au total plus de 160 000 fuites de données qui ont été notifiées aux régulateurs des 28 pays membres de l'Union européenne. Des régulateurs qui sont de plus en plus prompts à sanctionner les entreprises contrevenant au RGPD, ayant au total infligé 114 millions d'euros d'amendes.

Dans un contexte de transformation numérique, la protection des données personnelles est un enjeu crucial. Épithète, fidèle à ses valeurs, s'engage en faveur d'un environnement digital plus sûr et plus éthique. Afin de fournir des prestations et des services pertinents et efficaces à ses clients, Épithète doit bien les connaître et nécessairement collecter et traiter leurs données. Ces informations sont utilisées dans l'intérêt du client. Elles serviront à lui apporter un accompagnement et des offres de grande qualité adaptées à ses besoins. Avec cette charte, Épithète prend des engagements concrets sur la protection des données de ses clients et sur le respect de leur vie privée, selon la règlementation en vigueur. Mais Épithète entend également être un acteur de référence en termes d'éthique, de transparence et de sécurité numérique.

Si vous voulez en savoir plus sur la manière dont Épithète assure la protection de vos données cliquez ici.